Critique du film Swagger

2

Swagger, c’est le documentaire qui fait sensation et qui met tout le monde d’accord.  Olivier Babinet donne la parole à des jeunes de banlieue, qui s’affichent à l’écran pour parler, raconter et tout simplement rêver. Il a vécu avec ses jeunes pendant deux ans, il a travaillé avec eux et a appris à les connaître avant d’imaginer ce film. Les personnages sont tous captivants et attachants, on rencontre notamment Naïla, une jeune fille d’une douzaine d’années qui nous décrit le monde sous un nouveau jour, nous laisse entrer dans son univers peuplé de poupées et de personnages maléfiques et nous confie son rêve de devenir architecte. On y découvre Régis, un jeune au tempérament fort, emporté dans son rêve de star et de styliste. Il nous raconte sa routine et sa rentrée très remarquée, qui est une de mes scènes préférées, durant laquelle il déambule dans les couloirs, son manteau de fourrure sur le dos, le regard ailleurs, comme s’il était dans un autre monde, rêvant de défilés haute couture et de célébrité.
Ce film réunit fiction, documentaire, science-fiction et comédie musicale, pour nous faire voyager dans l’esprit de ces jeunes qui parfois nous étonnent lorsqu’ils nous apprennent qu’ils n’ont jamais vu de français de souche.
J’ai adoré ce film même si pour moi il manque de réalisme. En effet, les adultes sont absents, les conditions familiales de ces jeunes sont très floues. Le réalisateur essaie de montrer une image positive des banlieues françaises pour contredire le discours négatif des médias en général. Je vous recommande vivement d’aller voir ce film qui réchauffe le coeur.

Hanna Tabyaoui, 2nde 2

Partager.

A propos de l'auteur

2 commentaires

  1. Gesbert Hugo sur

    L’article est intéressant mais tu n’as fait que résumer la Bande annonce or j’attendais une critique plus détaillée du film dans sa globalité.

  2. Article très intéressant. Merci à Carte Diem de nous avoir fait découvrir un documentaire qui présente un autre regard sur la banlieue.

Laisser un commentaire