Le conflit russo-ukrainien : décryptage

Depuis février 2014, des combats ont lieu en Ukraine, dans la région du Donbass. Ces combats perpétuels depuis maintenant 6 ans, ont pour origine la volonté de séparatistes ukrainiens pro-russes, d’assimiler l’Ukraine à l’Etat fédéral Russe. 

    Le conflit russo-ukrainien commence en février 2014. Les séparatistes prennent possession de la Crimée, péninsule de la Mer Noire. Par la même occasion, les Russes en profitent pour construire un pont entre la Russie et la Crimée : le pont de Crimée. Ce pont permet à la Russie de contourner l’embargo économique que l’Union Européenne avait posé en septembre 2014 pour protéger l’Ukraine de son ingérence. 

Par la suite en mars, les séparatistes attaquent les ukrainiens dans la région du Donbass. Commence alors la guerre du Donbass qui continue encore aujourd’hui. 

    Les séparatistes estiment que les populations russophones devraient faire partie intégrante de l’État russe. Ainsi, ceux-ci ont le soutien direct mais officieux de Vladimir Poutine. Lors de la prise de la Crimée, des groupes militaires russes se sont vus postés le long de la frontière russo-ukrainienne pour un renfort éventuel. De plus, les séparatistes sont soutenus matériellement et diplomatiquement par la Russie : celle-ci leur fournit des armes et l’extradition si ceux-ci sont capturés par les autorités ukrainiennes. 

Selon Pascal Boniface, directeur de l’IRIS de Paris, cette guerre est une guerre civile internationalisée. Autrement dit, c’est une guerre qui trouve son origine à différentes échelles. Locale, d’abord par le schisme entre les ukrainiens et les séparatistes. National, ensuite car il s’agit encore ici d’un schisme, idéologique cette fois. Les visions du monde autrefois partagées par la Russie et l’Ukraine ont évolué pour cette dernière. En effet, elle se rapproche de plus en plus de l’UE depuis les Accords d’Association entre l’UE et l’Ukraine signés en juin 2014. Cependant celui-ci en connaît d’autres comme la France, l’Allemagne et l’ONU qui jouent depuis les accords de Minsk en 2015, un rôle de médiateur entre les deux pays.          

Cependant les accords de Minsk qui avaient pour but de ramener la paix entre les deux pays et notamment dans la région sinistrée du Donbass, ont échoué. En effet, les motivations et enjeux cristallisés autour de ce conflit sont bien trop importants pour aboutir à une paix durable. Derrière ce conflit, il y a d’importants enjeux politiques et économiques. Pour la Russie, il s’agit de reprendre la main-mise sur le détroit de Kertch, détroit donnant accès à la mer Méditerranée et à la route circumterrestre dont la Russie se voit coupée sur son flanc Ouest mais aussi de retrouver sa puissance à l’époque soviétique, ceci passant notamment par une nouvelle domination de ce que la Russie considère comme son étranger proche. Pour Volodymyr Zelensky, l’actuel président ukrainien, il s’agit d’affirmer son pouvoir face au dorénavant ennemi russe et de définitivement marquer l’indépendance ukrainienne de Moscou. Pour ces différentes raisons, les accords de Minsk ont échoué. Cependant depuis 2019, lors du sommet parisien entre l’Allemagne, la France ; l’Ukraine et la Russie, les deux belligérants se sont dit prêts à tout pour enrayer cette guerre qui dure depuis 6 ans et qui a d’ores et déjà fait plus de 10 000 morts.                              

Juliette WOJCIK  

Source : manuel HGGSP Terminale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *